Couvent de La Tourette

Body

Le Couvent Sainte-Marie de La Tourette est une synthèse unique d’acquis du Mouvement Moderne, où se combinent formes puristes, textures brutalistes et solutions révolutionnaires en matière d’habitat.
C'est sous l'impulsion du Révérend Père Couturier (l'un des hommes qui ont provoqué le réveil de l'art sacré en France) que les Dominicains de Lyon ont chargé Le Corbusier de réaliser à Eveux-sur-Arbresle, près de Lyon, le Couvent de la Tourette, en pleine nature, installé dans un petit vallon débouchant de la forêt. Ce problème, dont le programme repose sur les règles de l'Ordre des Dominicains établies au début du XIIIe siècle, implique la présence d'éléments foncièrement humains dans le rituel et dans le dimensionnement des lieux (locaux et circulation). De même que pour la Chapelle de Ronchamp, Le Corbusier trouve un programme d'échelle humaine à échelle humaine. Et c'est son ami le R.-P. Couturier qui, avant sa mort si brutalement intervenue, lui en a expliqué les résonnances profondes. Les locaux portent les cent chambres des professeurs et élèves, les salles d'études, la salle de travail et celle de récréation, la bibliothèque, le réfectoire. Puis l'église où les moines agissent seuls (à l'occasion, en présence de quelques fidèles). Enfin les circulations reliant toutes choses et très particulièrement celles qui vont sous une autre forme, réaliser les effets du cloître traditionnel rendu impossible ici par la déclivité du sol. Sur deux étages, des loggias couronnent l'édifice (une pour chaque cellule de moine isolée phoniquement) formant brise-soleil. Les salles d'études, de travail, de récréation, ainsi que la bibliothèque, occupent l'étage au-dessous. Plus bas le réfectoire et le cloître en forme de croix conduisant à l'église.

Et c'est alors la déclivité du sol laissé naturelle, sans terrassement, et d'où s'élèvent les pilotis porteurs des quatre corps de bâtisse du couvent.
L'ossature est de béton brut armé. Les pans de verre situés sur les trois faces extérieures réalisent, pour la première fois, le système dit : "pan de verre ondulatoire" (qui est également appliqué au Secrétariat de Chandigarh). Par contre, dans la cour-jardin du cloître, les fenêtrages sont faits de grands éléments de béton allant de plafond à plancher, perforés d'espaces vitrés et séparés les uns des autres par des "aérateurs": fentes verticales fermées d'une toile métallique moustiquaire et munies d'un volet pivotant. Les promenoirs du cloître sont clos "d'ondulatoires". Les corridors conduisant aux cellules d'habitation sont éclairés par une fissure horizontale située sous plafond.

Le couvent est "posé" dans la nature sauvage de la forêt et des prairies indépendantes de l'architecture elle-même. Les façades demeureront de béton brut, les quelques remplissages étant peints de chaux blanche. Les murs de l'église seront en "banchage". A l'intérieur de l'église, les "pointes de diamant" données dans la coupe reproduite ici ne subsisteront pas à l'exécution pour diverses raisons (sauf une ou deux installées en bonne place).

La toiture du couvent lui-même, comme celle de l'église, sera recouverte d'une mince couche de terre laissée à l'initiative du vent, des oiseaux, et autres transporteurs de graines assurant une protection étanche et isotherme. (Les toitures de la petite maison du lac Léman, construite depuis trente années, et l'immeuble 24, rue Nungesser et Coli, et de diverses constructions aux Indes, sont ainsi faites.)

Extrait de Le Corbusier, Oeuvre complète, volume 6, 1952-1957

Adresse

Route de la Tourette
69210 éveux
France

Programme
Etat
Fiche
Localisation

45.8128116, 4.6217988